Séléctionnez une région

Retour aux actualités

Etude Céreq

Etat des lieux de la « Maison formation » à la veille de la loi du 5 mars 2014

<
Etat des lieux de la « Maison formation » à la veille de la loi du 5 mars 2014
Date : 09.12.2014

Dans « Quand la formation continue », le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) donne un ensemble de repères sur les pratiques de formation des employeurs et des salariés à la veille de la réforme du 5 mars 2014. Les pratiques d’information dans l’entreprise, le DIF, les entretiens notamment, y sont passés au crible sous la forme de fiches didactiques. Synthèse.

 

Modalités de formation en entreprise

Les cours et stages restent la modalité de formation dominante dans toutes les entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. 66 % des entreprises ont recours à des formations dispensées par un organisme extérieur. 30 % des entreprises, notamment les plus grandes, organisent des stages en interne et 23 % ont recours à des formations en situation de travail.

Les objectifs des salariés qui se forment

Près de la moitié des formations suivies par les salariés ont, selon eux, pour objectif principal de les rendre plus à l’aise dans leur travail ou se conformer à des impératifs liés à la réglementation. Il s’agit le plus souvent de formations courtes (moins de 18 heures). Seulement 4 % des formations ont pour objectif l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.

Le DIF est resté confidentiel

Seuls 5 % des salariés accèdent au DIF chaque année pour des formations de 20 heures en moyenne, alors que la majorité des salariés ont atteint le plafond de 120 heures. La moitié des ouvriers déclarent en avoir entendu parler.

L’importance de l’information

La réduction des inégalités d’accès à la formation passe par la mise en place d’espaces de communication et de discussion sur la formation dans les entreprises. Les taux d’accès à la formation augmentent fortement lorsque l’entreprise implique les représentants du personnel dans la gestion de la formation (x 1,6), lorsqu’elle réalise des entretiens professionnels (x 1,9) et lorsqu’elle diffuse de l’information sur la formation (x 2,2).

L’entretien pour recueillir les besoins de formation

L’entretien professionnel est le vecteur principal de recueil des besoins de formation des salariés. 53 % des entreprises déclarent utiliser cette modalité, alors que les procédures plus formelles (fiches de recueil, questionnaires...) perdent du terrain. Toutefois, l’entretien professionnel peine à se généraliser.

L’effet Opca dans les petites entreprises

La probabilité pour une entreprise de 10 à 19 salariés d’être formatrice est multipliée par 2,7 lorsque les Opca sont une source d’information sur la formation.

Les obstacles à la formation dans les entreprises

Pour expliquer qu’elles ne forment pas, les entreprises de 10 salariés et plus invoquent en priorité l’absence de besoins DE formation (le personnel a les compétences requises, l’entreprise privilégie les recrutements, la priorité est accordée à la formation initiale) et le manque de temps. Le frein à la formation dans les TPE est moins financier qu’organisationnel. Pour preuve : 30 % des entreprises de moins de 50 salariés ne forment pas malgré l’obligation fiscale actuelle.

Changement dans le travail et formation

35 % des salariés ayant connu un changement dans leur travail (nouvelle technique, nouveau produit) se forment en lien avec celui-ci.

Formation et mobilité dans l’entreprise

Par rapport à un salarié non formé, un ouvrier ou employé non qualifié formé a 2,4 fois plus de chance d’obtenir une promotion. Les chances d’un cadre formé ne sont multipliées que par 1,8.

Inégalités d’accès à la formation

  • La formation va à la formation : les salariés diplômés d’un bac + 3 et au-delà se forment près de trois plus que leurs homologues non diplômés (respectivement 26 heures contre 9 heures).
  • Un début de carrière plus formateur : parmi toutes les catégories socioprofessionnelles, sauf les ouvriers, ce sont les salariés les plus jeunes qui se forment le plus. L’espérance de formation décline avec l’âge jusqu’à atteindre un plancher pour les 50 ans et plus. Chez les ouvriers, ce sont les 30-39 ans qui se forment le plus et les 40-49 ans le moins.
  • Les hommes se forment plus que les femmes : les hommes affichent une espérance annuelle de formation supérieure à celle des femmes : 20 heures contre 12 heures. Les femmes ouvrières sont les moins bien loties.
En savoir +

Quand la formation continue

Auteur : William K

Zoom

Loi du 5 mars 2014

Tous les points clés de la réforme

Création d’un Compte personnel de formation, mise en place d’un [...]

Tous les zooms

Fil d'information Opcalia

Restez informé et recevez les actualités RH et formation

* champs obligatoire
*

Accédez au formulaire détaillé

Nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Google plus
Haut de la page