Séléctionnez une région

Retour aux actualités

Interview - RSE

« Une politique diversité pour améliorer la compréhension de l’autre »

<
« Une politique diversité pour améliorer la compréhension de l’autre »
Date : 23.05.2015

La pratique de la diversité chez Veolia est inscrite dans ses pratiques RH depuis plus de vingt ans. Elle prend désormais en compte la dimension internationale du Groupe et se traduit dans un standard : la non-discrimination, et deux axes prioritaires : l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et l’accompagnement de l’internationalisation du groupe.

Sandrine Vincent, directrice des politiques d’emploi, de diversité et de GPEC à la DRH répond à nos questions.



Quelle est la stratégie diversité de Veolia ?

La pratique de la diversité du Groupe Veolia est ancienne et très ancrée sur le modèle de l’égalité des chances. En 2008, pour la rendre plus efficiente, nous avons souhaité obtenir le label diversité. Mais depuis, le groupe a beaucoup évolué et le label franco-français ne permettait pas de prendre en compte la dimension internationale du groupe (plus de 45 pays). En 2014, nous avons donc défini une politique internationale déclinée dans chaque pays et créé un réseau diversité monde. Pour cela, nous avons déterminé un standard : la non-discrimination, qui est décliné dans l’ensemble du processus RH en France et à l’international : recrutement, formation, dialogue social. Les accords de groupe prennent en compte la diversité, la non discrimination, l’égalité professionnelle mais aussi la question de la représentation des femmes dans le dialogue social. Nous travaillons sur ce standard avec les DRH des différents pays où nous sommes implantés et l’ensemble de notre réseau de référents diversité.

Quelles sont vos axes prioritaires en matière d'égalité professionnelle ?

Au-delà de notre standard (non discrimination), nous avons défini deux priorités pour trois ans (2014-2016) : l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la mixité des métiers d’une part, l’accompagnement de l’internationalisation du groupe d’autre part. La féminisation de nos effectifs est un axe majeur de notre politique diversité. Actuellement, nous n’employons que 20% de femmes sur des métiers dits très masculins : conducteurs d’engins de collecte, responsable de centres de tri, releveurs de compteur d’eau, canalisateurs, directeurs d’exploitation. Sur ces métiers, nous souhaitons recruter davantage de femmes ce qui nécessite de changer leur image et de réorganiser certains postes. Nous attachons également une grande importance à la féminisation de l’encadrement. Notre objectif est d’atteindre 30% de femmes cadres et cadres dirigeantes d’ici à 2016, au lieu de 25% aujourd’hui. Par exemple, dans la zone Etats-Unis, nous avons mis en place un parcours sur le management et le leadership pour une trentaine de jeunes femmes destinées à devenir dirigeantes qui bénéficient d’un mentorat. En France, la filiale valorisation et recyclage des déchets a identifié huit ambassadrices de métiers opérationnels pour présenter leur métier au féminin. L’objectif est d’avoir à terme 50% de filles en alternance contre près de 90% de garçons aujourd’hui.

Et à l’international ?

L’accompagnement de l’internationalisation du groupe est notre deuxième priorité sur les trois ans qui viennent. Et cela dépasse l’apprentissage des langues. Nous mettons l’accent sur la compréhension des autres cultures, des différents systèmes clients et systèmes de valeur. Cette dimension est intégrée dans notre parcours « dirigeants » organisé chaque année. En se déplaçant dans l’ensemble des zones du groupe, les participants travaillent sur la compréhension de l’autre, la non stigmatisation. Et cela se décline dans chaque pays. En Australie par exemple, un projet ambitieux de compréhension des peuples aborigènes a été mis en place. En Arabie Saoudite où la loi exige des entreprises étrangères qu’elles emploient une majorité de collaborateurs saoudiens, Veolia impose des femmes saoudiennes avec succès.

La formation est-elle un levier de développement de la diversité ?

La formation est en général un facteur de développement social chez Veolia qui compte 70% d’opérateurs et de techniciens. Derrière le mot diversité on trouve entre autre le recrutement et l’insertion par l’alternance qui est un facteur d’intégration très efficace. En vingt ans, nous avons formé plus de 13 000 jeunes en France par la voie de l’alternance. Cinq ans après, 80% d’entre eux se sont intégrés au sein du groupe. L’alternance permet de développer une culture de la formation et de la transmission. De nombreux alternants souhaitent par la suite devenir tuteurs.
On utilise également la formation au service de notre politique diversité, dans les programmes de formation des cadres. Dans l’ensemble des pays, nous dispensons des programmes de sensibilisation aux stéréotypes (e-learning, présentiel, conférences, voyages d’études…). La formation accompagne aussi l’ensemble du réseau des RH qui forme sur la question du recrutement sans discriminer.

Que faites-vous en matière de reporting ?

Tous les ans nous faisons remonter à la Direction générale et au Conseil d’administration un bilan dédié à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Par ailleurs, nous réalisons un bilan diversité qui nous permet de suivre l’évolution des axes prioritaires de notre politique diversité sur trois ans. C’est un outil de pilotage très important. Il comprend onze indicateurs de suivi.

En quoi consiste la Course de la diversité ?Opca RSE engagement diversite

Depuis plus de dix ans, Veolia a un partenariat avec la Fédération française du sport d’entreprise (FFSE) qui organise cette course. L’an dernier, nous avons été présents à son lancement car elle correspond à notre système de valeur : l’important n’est pas de gagner mais d’aller jusqu’au bout, à sa vitesse, en courant ou en marchant. Ce n’est pas la performance qui compte mais la participation à une course qui rassemble plus de 200 collaborateurs du groupe, de l’opérateur au dirigeant. L’enjeu, c’est de faire participer le plus grand nombre de salariés à un projet collectif mêlant sport et solidarité. Rendez-vous le 10 septembre 2015 pour la nouvelle édition !

A propos :
Présent sur les cinq continents avec plus de 179 000 salariés, Veolia conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, la gestion des déchets, et la gestion énergétique.
Le chiffre d’affaires 2014 du groupe s’est élevé à 23,8 milliards d’euros (35,1% pour la France).

Auteur : Marc D.

Fil d'information Opcalia

Restez informé et recevez les actualités RH et formation

* champs obligatoire
*

Accédez au formulaire détaillé

Nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Google plus
Haut de la page