Séléctionnez une région

GPEC - Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) permet à l’entreprise d’anticiper les changements auxquels elle est confrontée (évolution de l’activité, des marchés, des technologies…) et d’adapter les compétences des salariés en conséquence.
C’est donc une démarche qui concilie l’intérêt de l’entreprise et celui des salariés.
Toutes les entreprises et tous les salariés peuvent être concernés par des mesures GPEC. Les entreprises occupant 300 salariés ou plus doivent négocier sur ce thème tous les trois ans.

Ce qui change avec la loi n° 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l'emploi :
Tous les 3 ans, dans les entreprises d'au moins 300 salariés, l’employeur engage une négociation sur la gestion des emplois et des parcours professionnels (GPEC) et sur la mixité des métiers : la négociation doit désormais également porter sur le déroulement de carrière des salariés exerçant des responsabilités syndicales et l’exercice de leur fonction.

Quel intérêt ?

  • Adapter les emplois et les compétences.
  • Anticiper l’évolution des métiers.
  • Assurer le développement et la pérennité de l’entreprise.

Êtes-vous concerné ?

Oui, tout salarié peut être concerné par des mesures GPEC. Cette démarche peut par exemple conduire à une diversification de vos activités, un renforcement de vos responsabilités, une formation à un nouveau métier…

Qui prend l’initiative ?

C’est généralement l’entreprise qui engage la démarche GPEC. Mais la mobilisation et l’implication de tous (salariés, managers de proximité, représentants du personnel…) est une des clés de réussite de la GPEC.

A noter !
Les entreprises qui occupent 300 salariés ou plus (et les entreprises de dimension communautaire employant au moins 150 salariés en France) doivent engager tous les 3 ans une négociation sur la GPEC et les mesures d’accompagnement associées.
Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le comité d’entreprise doit être consulté sur les orientations stratégiques de l’entreprise et leurs conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l'intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Cette consultation porte en outre sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Comment se déroule la démarche GPEC ?

Votre entreprise réalise d’abord un diagnostic complet de ses métiers et des compétences détenues par les salariés, ainsi que des outils déjà utilisés dans le cadre de la gestion des ressources humaines (référentiels métiers, fiches de poste, grilles d’entretiens…).
En fonction de sa stratégie à moyen et long termes et du contexte (économique, social, technologique, réglementaire…), l’entreprise effectue ensuite une projection des emplois et compétences futurs afin de mesurer les écarts avec l’existant. Pour cette étape, elle peut se faire accompagner par un consultant spécialisé.
Puis l’entreprise définit :

  • les outils à mettre en place pour accompagner la démarche GPEC : entretiens professionnels, bilans de compétences, actions de formation, validation des acquis de l’expérience (VAE), nouvelle organisation du travail, mobilités… 
  • les modalités de suivi de la démarche (indicateurs de réalisation des actions prévues, groupes de travail, modalités d’ajustement…).

A noter !
La GPEC peut par exemple avoir pour objectif de gérer les âges dans votre entreprise (anticipation des départs en retraite…) et de prévoir la mise en œuvre du contrat de génération (Voir page web / Le contrat de génération).
Elle peut aussi permettre de professionnaliser les salariés dans le cadre d’évolutions technologiques ou économiques (faire évoluer les compétences, développer la polyvalence, préserver et transmettre les savoir-faire…).

Quel financement ?

L’entreprise peut bénéficier de plusieurs financements dans le cadre de la démarche GPEC :

  • une aide de l’Etat peut être accordée aux entreprises de moins de 300 salariés qui font appel à un consultant extérieur pour les accompagner dans cette démarche.
  • Opcalia peut prendre en charge les dépenses liées à l’identification des compétences, à la formation des salariés ou à la transmission des savoir-faire, réalisées dans le cadre des dispositifs suivants :

- bilan de compétences (Voir fiche technique / Bilan de compétences) ;
- validation des Acquis de l’Expérience (VAE) (Voir fiche technique / Validation des Acquis de l’Expérience) ;
- plan de formation de l’entreprise (Voir fiche technique / Plan de formation) ;
- période de professionnalisation (Voir fiche technique / Période de professionnalisation) ;
- Compte personnel de formation (Voir fiche technique / Compte personnel de formation)
- Tutorat (Voir page web / Tutorat).

A noter !
Opcalia propose aussi un outil spécifique, Stratégie Compétences, qui permet de réaliser un diagnostic sur mesure des besoins de l’entreprise et de définir un plan d’actions personnalisé.

En savoir +

Contacter votre conseiller Opcalia.

Fil d'information Opcalia

Restez informé et recevez les actualités RH et formation

* champs obligatoire
*

Accédez au formulaire détaillé

Nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Google plus
Haut de la page