En pratique

Publié le : 30.03.2017 Modifié le : 30.03.2018

Le choix d’une formation s’opère souvent aujourd’hui sur le programme, la durée, le coût. Comment mieux sélectionner, améliorer ses formations ? En intégrant de nouveaux critères ou bien plus de critères ? Comment s’y prendre ? Evolud et Opcalia ont accueilli à La Grande Maison à Brest plusieurs entreprises pour répondre à cette problématique.

Comment rendre sa formation plus percutante ?

Trop d’infos tue l’info

Vous vous dites souvent qu’un contenu long et complet de formation est gage de qualité et que les collaborateurs à l’issue de la formation auront appris tout ce qu’il faut savoir. Hors le cerveau humain ne peut retenir qu’un nombre limité d’informations : idéalement une. Ne vaut-il pas mieux qu’à l’issue de la formation, le collaborateur ait retenu l’information essentielle et qu’il sache appliquer ?

Mémoriser est une question de volonté

Faux ! La mémoire n’est pas une question de volonté. Plusieurs facteurs d’influence y jouent leur rôle :

  • L’état physique de la personne (repos, fatigue), l’état psychique (détente, stress), l’alimentation (pensez au poisson !), l’hydratation, le sport etc…
  • l’état psychique (détente, stress), l’alimentation (pensez au poisson !), l’hydratation, le sport etc…
  • l’alimentation (pensez au poisson !), l’hydratation, le sport etc…
  • l’hydratation, le sport etc…
  • le sport,
  • etc…

Ces facteurs sont d’autant plus importants qu’ils jouent sur l’efficacité à mémoriser.

Penser à solliciter tous les sens des stagiaires : l’efficacité

Quel sont les effets qui permettent de mieux (faire) mémoriser ?

Il existe plusieurs leviers pour jouer sur la mémorisation d’un individu :

  1. L’effet de primauté
  2. L’effet de récence qui désigne la facilité à rappeler les derniers éléments d’une liste de stimuli que l’on doit mémoriser.
  3. L’effet Von Restorff : vous distinguez mieux un mot écrit en rouge par rapport aux autres mots écrits en noir ? Il s’agit de cet effet montrant que la mémoire est meilleure pour un item qui se distingue des autres éléments à mémoriser. Cet élément se distingue ici des autres en fonction de son contexte immédiat
  4. La motivation
  5. La sollicitation des sens : Faire appel aux sens c’est par exemple mettre l’apprenant en situation de visualiser une situation, de sentir une odeur, écouter. Mais également varier les supports.
  6. L’émotion : la réorganisation cognitive est un ensemble de techniques pour repérer et modifier des cognitions inadaptées d’un sujet (distorsions cognitives). Comme le rire, le bien être, la compassion … Il vaut mieux faire appel à des émotions positives que négative, comme la peur par exemple.
  7. Les liens entre les informations, ou avec la réalité : la mnémotechnique. Un exemple : la méthode des loci, pratiquée depuis l’Antiquité inventé par Cicéron, qui sert principalement à mémoriser de longues listes d’éléments ordonnés. Elle est basée sur le souvenir de lieux déjà bien connus, auxquels on associe par divers moyens les éléments nouveaux que l’on souhaite mémoriser. On peut également faire des liens avec la pratique quotidienne des apprenants.

Expérimenter, vivre une situation permet de mieux se l’approprier : la méthode

La théorie du cône d’apprentissage d’Edgar Dale

Edgar Dale (1900-1985) est un chercheur et professeur en éducation. Il détermine dans sa théorie plusieurs niveaux d’apprentissage selon la méthode utilisée. Ainsi, selon lui, après 2 semaines on retient :

  • 10 % de ce qu’on a lu
  • 20 % entendu
  • 30 % vu
  • 50 % vu et entendu, ou démontré
  • 70 % en ayant participé à une discussion, ou donner une conférence
  • 90 % en ayant expérimenté ou vécu une situation

Penser à la réactivation : la consolidation des infos

La consolidation des informations dépend de 2 éléments : le temps et la technique.

Les temps de réactivation ideaux sont : 1 jours, 1 semaine, 1 mois, ¾ mois ;

Quelques conseils pour consolider les appris :

  • Elaborer ce qui vient d’être appris
  • Relier l’ancien et le nouveau savoir
  • Auto évaluer ses connaissances

Pour y voir plus clair, Schématisons l’ensemble :

Cerveau et apprentissage : et si la formation devenait plus percutante ?

Formation très ludique et instructive sur la pédagogie et l’expérience stagiaire. Elle renouvelle notre façon d’aborder la formation à la fois en tant que stagiaire, acheteur de formation et formateur. Le duo d’intervenantes fonctionne très bien
André

Matinale, très conviviale et ludique. Contenu fort intéressant et de de supers échanges !
Mallory

Vous souhaitez en savoir + ?

Contactez : Armelle Grelier

Conclusion :

Vous souhaitez aller plus loin ? Voici des ressources spécialisées :

  • Le livre de la mémoire, Alain LIEURY, Ed. DUNOD, 2013 : Un excellent ouvrage de vulgarisation scientifique sur l’histoire de la mémoire et l’avancée des neurosciences.
  • Libérez votre cerveau !
  • Traité de neuro sagesse pour changer l’école et la société, Idriss ABERKANE, Ed. R. Laffont, 2016
  • Apprendre autrement avec la pédagogie positive, Isabelle Pailleau & Audrey Akoun, Ed. Eyrolles 2013 : Un livre pour redonner le goût d’apprendre aux enfants, et qui apporte des précisions intéressantes sur les processus cognitifs, avec une partie dédiée au Mind Mapping très claire et accessible à tou.te.s.
  • Tout sur la mémoire, Tony Buzan, Ed. Eyrolles, 2012
  • La revue Cerveau & Psycho est également une mine d’or d’articles de vulgarisation portant sur les avancées des neurosciences, avec les sources, les études et l’explication des protocoles expérimentaux.
  • Le MOOC « Learning How to Learn: Powerful mental tools to help you master tough subjects », dispensé par l’université de Californie (et sous-titré dans plusieurs langues), sur le site : https://fr.coursera.org

Suggestions