Image CléA: La branche du nettoyage ferroviaire réfléchit à l'ingénierie d'un "cursus pré-CléA" pour les salariés les plus en difficulté

A propos...

Publié le : 13.01.2017 Modifié le : 08.12.2017

Engagée depuis plusieurs années dans l'apprentissage des savoirs de base et des compétences-clés, la branche du nettoyage ferroviaire adhérente d'Opcalia s'empare du certificat CléA. Consciente qu'il peut être difficile pour certains salariés d'obtenir CléA immédiatement, cette branche a mis au point des conditions pour la mise en œuvre d'un cursus "pré-CléA".

Le socle de connaissances et de compétences professionnelles créé par les partenaires sociaux, et baptisé CléA, est la première certification interprofessionnelle inscrite de droit à l’inventaire de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP). Ce nouveau standard de qualification doit permettre aux actifs, salariés et demandeurs d’emploi, de sécuriser leur parcours professionnel et aux entreprises de développer leur compétitivité. Pour le moment, ce sont les demandeurs d’emploi qui se sont le plus rapidement appropriés CléA, mais les branches et les entreprises ne sont pas en reste.

La possibilité de « contextualiser » CléA

Celles qui étaient déjà engagées dans la maîtrise des savoirs fondamentaux et des compétences clés se sont logiquement emparées de CléA. Et bien que le référentiel soit interprofessionnel, le Copanef (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation) autorise les branches à contextualiser CléA, c’est-à-dire, à l’adapter à leur vocabulaire professionnel. C’est ce qu’a entrepris la branche du nettoyage ferroviaire dont l’Observatoire s’est attaché, en 2015 et 2016, à mettre en œuvre un cadre commun pour les actions de formation prioritaires facilitant l’accès des salariés à la certification de leurs connaissances et compétences de base « manutention ferroviaire » et au certificat CléA.

A l’aube de changements profonds

« Cette profession est à l’aube de changements significatifs notamment dans le cadre des appels d’offres des donneurs d’ordre qui exigent des entreprises de prendre en compte de nouvelles activités au-delà du nettoyage ferroviaire (organisation de la planification des interventions, par exemple) », explique Farida BELMESSAOUD, directrice du département Aérien et Services aux transports d’OPCALIA.
La profession du nettoyage ferroviaire s’oriente de plus en plus vers des « services ferroviaires ». « Cela exige une vraie réflexion sur l’évolution de ses missions et des nouvelles compétences professionnelles à développer pour les salariés du secteur: aptitudes de services renforcée sur la relation client, indicateurs de satisfaction clients, indicateurs qualité et sécurité qui nécessitent la maîtrise chez les agents des savoirs fondamentaux, a minima: lire, écrire, compter, apprendre à apprendre », détaille Farida BELMESSAOUD.
C’est dans ce cadre que la profession a organisé le 10 novembre dernier une table-ronde chez Opcalia sur cette thématique, afin d’impulser et susciter la construction d’une ingénierie « pragmatique » de bonnes pratiques, de favoriser les conditions de réussite de CléA et de minimiser les obstacles. 
En bref : pourquoi CleA « prend-il » chez certains salariés et pas chez d’autres?

Un cursus « pré-CléA »

Comme dans d’autres secteurs professionnels, la branche du nettoyage ferroviaire constate que le niveau du référentiel deCléA ne permet pas, ou rarement, une délivrance théoriquement possible de ce certificat sans formation. Les entreprises et les partenaires sociaux du secteur ont donc conçu une approche qui vise à démarrer le parcours par « un cursus pré-CléA ». « Afin de faciliter la construction de parcours de formation axés sur les compétences de base conduisant à CléA, la Commission paritaire formation de la branche a délibéré, en décembre dernier, pour compléter les listes CP(N)E-FP avec un ensemble de titres et diplômes beaucoup plus accessibles à la sociologie des salariés relevant de la convention collective des entreprises de manutention ferroviaire, telles les certifications DCL, DILF et DELF »précise Farida BELMESSAOUD. Ce cursus pré-CléA permet de mettre en place des parcours modulaires en plusieurs étapes afin d’acquérir les « requis » pour l’accès à CléA.

Confiance et respect mutuels

Le succès de CléA sera étroitement lié à la confiance que les salariés accorderont à leurs managers et à la direction qui leur proposeront de s’engager dans cette démarche. « C’est la condition sine qua non pour que les candidats suivent les formations complémentaires », insiste la directrice du département Aérien et Services aux transports d’Opcalia. Cette confiance suppose « un management respectueux des difficultés que rencontrent certains salariés qui maîtrisent insuffisamment les savoirs de base ». Pour cela, « il est nécessaire d’impliquer les partenaires sociaux dans la réflexion et la mise en œuvre des solutions proposées et leur démultiplication au sein de l’entreprise et de ses établissements ».

Une clé pour sécuriser son parcours

Plus de 3 000 salariés Agents de nettoyage, ouvriers et chefs d’équipes de la branche du nettoyage ferroviaire sont en mesure de s’engager demain dans la démarche d’acquisition de CléA. « Ce certificat offre un repère à des salariés qui n’ont parfois aucune qualification ou une maîtrise insuffisante des savoirs de base », souligne Farida BELMESSAOUDCléA permet en effet d’obtenir une certification de premier niveau, visible et reconnue par tous.
Une clé pour développer son employabilité et sécuriser son parcours professionnel…

Certification CléA – Témoignage dun salarié – Résidence Houille blanche

Les compétences de base au service de la performance collective

En savoir plus

CléA, le nouveau standard interprofessionnel de certification des compétences clés

En savoir plus

Suggestions

    Résultats de recherche

    En attente de recherche de contenu ! Veuillez taper au moins 2 caractères pour votre recherche.