Image La Grande École du Numérique, un réseau avec une double ambition

Interview

Publié le : 23.11.2017 Modifié le : 20.02.2018

Le 5 février 2015, le Président de la République annonce la création d’une Grande École du Numérique avec un but avoué : développer un apprentissage innovant aux métiers du numérique, et ainsi renforcer l’insertion professionnelle des jeunes sans emploi ni formation. Samia Ghozlane, directrice, nous dresse un premier bilan.

Pourquoi la Grande École du Numérique ? Quels en sont les enjeux ?

La Grande École du Numérique est un réseau de 268 formations aux métiers du numérique reconnues pour leur qualité et leur démarche innovante.
Nous portons au quotidien une double ambition :

  • économique : répondre aux besoins croissants du marché de l’emploi en compétences numériques
  • une ambition sociale : favoriser l’inclusion des publics éloignés de l’emploi et de la formation

Cette ambition économique est au cœur du projet de la Grande Ecole du Numérique. Il s’agit en effet d’accompagner la transition numérique de notre économie et de répondre aux besoins des grandes entreprises mais également des TPE/PME ou encore du secteur public. Au total, 50 000 postes seraient aujourd’hui non pourvus dans le secteur du numérique et plus de 190 000 postes seraient à pourvoir d’ici à 2022 (DARES, 2015).

A cet enjeu économique s’ajoute un enjeu social tout aussi important. L’ambition de la Grande École du Numérique est de faire du numérique une opportunité pour toutes et tous. Il s’agit notamment de favoriser la mixité des publics dans le secteur du numérique, trop homogène aujourd’hui. L’objectif de la Grande Ecole du Numérique est ainsi d’accueillir dans ses formations labellisées 50 % de jeunes peu ou pas qualifiés ni en emploi ni en formation, avec une attention particulière portée aux publics issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. L’objectif est également de favoriser la mixité femmes-hommes : tandis que les femmes représentent aujourd’hui moins de 30 % des effectifs dans le numérique et à peine 6 % des développeurs, la Grande Ecole du Numérique a pour objectif d’accueillir au moins 30 % de femmes parmi ses apprenants au niveau national.

La Grande École du Numérique, c’est ainsi:

  • Un réseau de formations aux métiers de demain sur l’ensemble du territoire
  • Un label qui vient reconnaitre la qualité des formations, qui sont également gratuites, innovantes et qui permettent en quelques mois un retour à l’emploi ou en formation
  • Un financement d’amorçage qui favorise l’émergence de ces nouvelles formations aux métiers du numérique : au total, ce sont 15 millions d’euros qui sont mobilisés !

Quel premier bilan peut-on tirer de la labellisation GEN ?

La Grande Ecole du Numérique rassemble aujourd’hui 268 formations labellisées alors que l’objectif était initialement de 200 ! Une réelle dynamique a été impulsée dans les territoires, qui se saisissent des enjeux que recouvre la formation aux métiers de demain, avec pour objectif d’être en cohérence avec les besoins économiques locaux et les bassins d’emploi.

La Grande Ecole du Numérique, c’est également un réseau d’acteurs publics et privés mobilisés pour accompagner la numérisation de l’économie. Un groupement d’intérêt public (GIP) a été créé en 2016, rassemblant entreprises, ministères, experts de l’emploi et de l’insertion et syndicats professionnels. Cette démarche transversale a permis d’insuffler une vraie dynamique de réseau, d’autant plus pertinente quand on parle de numérique !

Enfin, le label Grande Ecole du Numérique envoie un signal fort aux apprenant(e)s, c’est une reconnaissance de la qualité de la formation dans laquelle ils s’engagent. De même pour les recruteurs, qui font confiance à la qualité du label. Membre fondateur du GIP Grande Ecole du Numérique, le groupe Capgemini a ainsi annoncé en 2017 qu’il recruterait 10 % de ses nouvelles recrues parmi les talents de la Grande Ecole du Numérique partout en France.

Quels sont les prochains chantiers/travaux qui seront mis en œuvre par la GEN ?

Dans les prochains mois, nous poursuivrons notre action pour atteindre nos objectifs de public formé. L’enjeu est de taille, s’agissant notamment de la mixité femmes-hommes dans nos formations labellisées. Aujourd’hui, ce que l’on voit, c’est que les femmes représentent un peu moins de 20 % de nos apprenants. C’est pourquoi nous valorisons par exemple les formations qui développent le mentorat ou qui accueillent, grâce à des horaires adaptés, des mères de famille.

Nous travaillons également à la mise en place prochaine d’un comité d’orientation. Composé de personnalités qualifiées, il aura pour mission de proposer la stratégie du groupement d’intérêt public Grande Ecole du Numérique et d’être une réelle force de proposition. Enfin, nous mettrons en ligne prochainement un moteur de recherche qui permettra de retrouver les formations labellisées selon leur spécialité, leur durée, etc. Tout cela nous permettra de poursuivre notre action, d’accompagner la transition numérique de l’économie et d’en faire une opportunité pour tous les publics.

Suggestions

    Résultats de recherche

    En attente de recherche de contenu ! Veuillez taper au moins 2 caractères pour votre recherche.