En pratique

Publié le : 14.11.2016 Modifié le : 27.02.2018

Opcalia accompagne les branches dans l'élaboration de nouvelles certifications: les Certificats de compétences professionnelles interbranches (CCPI). Quatre ont déjà vu le jour et d'autres sont en préparation. Objectif: répondre aux besoins en compétences des entreprises et des salariés grâce à des certifications professionnelles transverses, flexibles et courtes.

En dix années, Opcalia a accompagné plus de 25 branches professionnelles dans l’élaboration de certifications professionnelles: CQP et CQPI . La création de l’inventaire établi par la réforme de 2014 a offert de nouvelles opportunités sur le champ de la certification professionnelle. « Opcalia était déjà une force de conseil importante auprès des branches qui souhaitaient créer des CQP/CQPI. La création de l’inventaire qui recense les certifications sur des périmètres techniques et ou de missions – activités nous a permis d’enrichir l’accompagnement des branches »précise Anne le Bourgeois d’Opcalia. 

Certifications transverses

Dans la continuité des travaux menés sur les CQPI, Opcalia a saisi l’opportunité que représente la catégorie C de l’inventaire  pour co-construire avec plusieurs branches un nouveau type de certifications transverses: les Certificats de compétences professionnelles interbranches (CCPI). « A la différence des CQP qui visent une qualification et un métier et qui exigent des parcours de formation souvent longs, les CCPI visent une activité ou une mission (tutorat, management…). Les formations y conduisant sont plus flexibles ; plus courtes ce qui, pour une entreprise, est plus simple à mettre en œuvre », poursuit Anne le Bourgeois. Dans le souci d’ériger un cadre lisible et de favoriser des repères simples, le Copanef a ainsi recommandé l’élaboration de telles « certifications transverses » constituant des « signaux de qualification » pour les salariés et attestant de la réalité des compétences acquises.

Quatre CCPI à l’inventaire

A ce jour, quatre CCPI co-construits par des branches membres du comité CQPI ont été déposés à l’inventaire: « Evaluation de compétences professionnelles » porté par la branche du médicament  (co-certificateurs: Métallurgie, Médicament, Papier/Carton), « Tutorat en entreprise » porté par la Métallurgie (co-certificateurs: Textile, Habillement, Papier/Carton),  « Création d’un module de formation interne » et « Animation d’une formation interne », tous les deux portés par le Textile et dont les co-certificateurs sont la Métallurgie, l’Habillement, le Médicament et le Papier/Carton. « N’oublions pas que la formation interne dans les entreprises est le ‘premier organisme » de formation en France! Notre objectif est de professionnaliser les formateurs internes », explique Anne le Bourgeois.

Eligible au CPF et à la période de professionnalisation

A terme, selon un mode opératoire en cours de finalisation au sein du Comité observatoires et certifications, les CCPI pourraient être inscrits sur la Liste nationale interprofessionnelle des certifications éligibles au Compte personnel de formation (CPF) établie par le Copanef. Pour l’heure, seul le CCPI « Evaluation de compétences professionnelles » y figure mais les trois CCPI « Tutorat en entreprise », « Création d’un module de formation interne » et « Animation d’une formation interne » devraient le suivre rapidement. Les CCPI sont éligibles au CPF pour les branches les ajoutant sur leurs listes CPF de branches et la période de professionnalisation, quelle que soit la durée de la formation.

D’autres CCPI en préparation

Le comité CQPI a d’autres CCPI dans ses cartons dont les référentiels de compétences sont en cours de rédaction. Ils concernent les fondamentaux du management de proximité: cohésion et gestion des relations d’équipe, gestion des activités de l’équipe, gestion des RH de l’équipe. Pour élaborer ces trois projets de certificat, Opcalia a travaillé avec le Club 20 (les 20 plus grandes entreprises adhérentes d’Opcalia). Plusieurs besoins ont été évoqués et un calendrier de travail a été établi. « C’est un chantier qui ne fait que commencer car les entreprises sont très demandeuses de ces certifications flexibles et courtes », conclut Anne le Bourgeois.

Suggestions

    Résultats de recherche

    En attente de recherche de contenu