Image Se former en liberté et avec FUN !

Interview

Publié le : 15.03.2017 Modifié le : 07.11.2018

Un MOOC (Massive Open Online Courses) est défini comme une formation en ligne et ouverte à tous. Intéractivité, personnalisation... cette modalité de formation ouvre la porte à de nombreux changements et est devenue une grande tendance du monde de la formation.
Catherine Mongenet, Directrice de France Université Numérique, nous décrit ce phénomène.

En 2013, quels étaient les enjeux et attentes dans la création de France Université Numérique ?

La création de France Université Numérique s’inscrit dans un contexte particulier : en février 2013, le Gouvernement a établi une feuille de route ambitieuse sur le numérique, avec une priorité à la jeunesse, à l’école et à l’université. En juillet 2013, la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche inscrit le numérique comme levier d’une université en mouvement, autour du développement de la formation et de la réussite des étudiants.

C’est dans ce cadre qu’en octobre 2013, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, présente « l’agenda numérique »  de l’enseignement supérieur pour les 5 années à venir.

Cet agenda est organisé autour de 3 axes et se décline en 18 actions stratégiques. Il vise le développement de nouveaux service numériques pour les étudiants et la rénovation des pratiques pédagogiques des enseignants.

France Université Numérique constitue la mesure phare de cet agenda : il s’agit de doter l’enseignement supérieur public français d’une plate-forme de MOOC, et de rattraper le retard français en la matière. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne ont déjà leurs plate-formes, lesquelles rencontrent un formidable succès.

Les enjeux de France Université Numérique sont considérables :

  • pour les étudiants, il s’agit de développer les cours en ligne autour d’une pédagogique innovante
  • pour les enseignants il s’agit de les accompagner dans l’intégration du numérique dans leurs pratiques
  • pour les salariés et les demandeurs d’emploi, c’est l’opportunité d’accéder à des formations de haut niveau en lien avec leur projet professionnel
  • enfin pour les pays francophones, FUN répond à l’attente d’une une offre de formation française en ligne.

La plate-forme a été lancée en octobre 2013, et nos premiers MOOC ont été lancés en janvier 2014.

Quel bilan peut-on en tirer aujourd’hui ? (quel profil d’utilisateurs, taux de complétude des MOOC…)

Le bilan actuel est assez impressionnant !
Catherine Mongenet, Directrice de France Université Numérique

Trois ans après sa création, FUN recense plus de 280 MOOC (soit plus de 490 sessions), produits par plus de 90 établissements, et comptabilise plus de 2,7 millions d’inscriptions, ce qui témoigne de l’appétence des individus pour la formation. Les données varient sensiblement selon les MOOC, mais en moyenne on constate que la plus grande partie des inscrits sont des personnes diplômées, en poste, de la tranche d’âge 35-50 ans.

Côté organisation, FUN a également beaucoup évolué. L’équipe est aujourd’hui constituée de 15 personnes, et la structure n’est plus un service du Ministère de l’enseignement supérieur puisqu’elle a pris le statut, en septembre 2015, d’un Groupement d’Intérêt Public, qui fédère près de 200 établissements d’enseignement supérieur. Bien que toujours dotée de financement au titre de sa mission de service public, FUN fonctionne également sur fonds propres et a ainsi pris de l’autonomie par rapport au ministère.

Enfin, notre plate-forme a connu une forte évolution également : depuis peu, nos serveurs sont hébergés dans le cloud, ce qui nous assure un bon niveau de performance. Nous avons mis en place l’examen à distance, qui permet l’obtention d’un certificat, lequel offre davantage de « valeur » que l’attestation de réussite.

Quelles sont les prochaines évolutions de FUN ?

Les projets sont nombreux. Nous avons décidé de structurer l’hébergement des MOOC autour de différentes plates-formes :

  • FUN-MOOC pour les MOOC universitaires
  • FUN-Campus pour les SPOC (Small Private Open Course) académiques
  • FUN-Corporate pour les SPOC destinées aux structures extérieures (entreprises, OPCA, fondations, instituts, associations, etc.) et répondant à des besoins de formation professionnelle.

Elles nous permettent de développer une nouvelle offre correspondant aux attentes des acteurs publics et privés. On constate, en effet, de nouveaux usages autour des MOOC et des SPOC, qui nécessitent de mettre à disposition les infrastructures et services correspondants. La demande de plate-forme en marque blanche par exemple est assez forte, nous en avons déjà réalisé plusieurs. La plus emblématique étant la plateforme MOOC Bâtiment Durable réalisée par FUN pour l’ADEME.

A court terme, nos projets s’articulent autour de deux axes :

  1. le premier concerne l’accompagnement de nos établissements membres dans leurs propres projets (développement de SPOC, certification, parcours de MOOC)
  2. le second concerne le développement de nouveaux partenariats, avec des structures autres que les établissements d’enseignement supérieur : nous sommes sollicités par des ministères, par des OPCA, par des structures étrangères, chacun ayant ses contraintes et ses objectifs, que nous essayons d’accompagner au plus près de leurs attentes.

D’après vous quelles sont les futures tendances et évolutions en formation ?

Il me semble que le continuum entre formation initiale et formation continue est de plus en plus prégnant.
Catherine Mongenet, Directrice de France Université Numérique

Ce qui donne tout son sens à la formation dite « tout au long de la vie ».

Les usages se diversifient, les modalités pédagogiques également. Les MOOC portés par des enseignants du supérieur – qui sont en théorie des spécialistes de la formation initiale – sont suivis par des salariés, des demandeurs d’emploi, des retraités.

Certaines entreprises acquièrent des MOOC et les proposent sous forme de SPOC à leurs collaborateurs. Les apprenants sont nombreux, motivés et exigeants dans leur apprentissage, ce qui est une bonne chose car source de qualité et de motivation.

Enfin, je pense que les formations mixtes – articulant différentes modalités pédagogiques, notamment présentielles et distancielles – sont appelées à un développement très important, dans lequel les MOOC et les SPOC ont toute leur place.

FUN : se former en liberté

consulter le site fun-mooc.fr

Vous souhaitez en savoir + ?

GIP FUN-MOOC
12, villa Lourcine
75014 PARIS
www.fun-mooc.fr

Suggestions

    Résultats de recherche

    En attente de recherche de contenu ! Veuillez taper au moins 2 caractères pour votre recherche.