Activité de la branche Chaussure

Branche de la Chaussure : de quoi parle-t-on ?

L’industrie de la chaussure est une industrie manufacturière traditionnelle en France. Une des caractéristiques de l’industrie française de la chaussure est sa diversité. Il existe aujourd’hui encore un groupe d’entreprises pour chaque type de produits, pour chaque gamme de prix et pour chaque matière utilisée. Que ce soit dans l’univers du luxe, chez les créateurs, sur le marché homme, femme ou enfant, pour les chaussures de travail ou de sécurité, pour les chaussures de sport, les articles d’intérieur, les espadrilles, les bottes en caoutchouc, les sabots, ainsi que les différents précédés de fabrication (soudé, cousus…), il existe une solution de fabrication française.

Malgré la mécanisation, l’industrie de la chaussure reste fortement manuelle. En effet, la chaussure est un produit complexe qui nécessite près de 150 opérations, dont peu d’entre-elles peuvent être automatisées. Toutefois, pour certains métiers, comme ceux du bureau d’études ou la coupe, la conception et à la production assistées par ordinateur (CAO et PAO) sont utilisées.

Ces dernières années, confrontée à la concurrence des pays à bas salaires, l’industrie de la chaussure a engagé de profondes mutations et a développé les compétences des salariés afin de favoriser l’innovation et la réactivité : fabrication de produits qui répondent aux besoins du marché, montée en gamme, produits de niche, petites séries. Expertise dans un domaine de compétences, capacité de réponse rapide à la demande et augmentation de la polyvalence sont donc devenues des qualités indispensables des professionnels de la chaussure.

Le contexte de la branche Chaussure

Depuis une trentaine d’années, l’industrie de la Chaussure a subi les effets de la mondialisation. Les entreprises françaises ont choisi de se différencier en se positionnant sur des segments de marché où la mode, la créativité et l’innovation sont primordiaux.

En 2014 en France, la consommation de chaussures s’élève à 8,8 milliards d’euros.

Les principales régions de production de chaussures sont les Pays de la Loire, Rhône Alpes, l’Aquitaine, ainsi que l’Alsace-Lorraine.

Les principaux métiers de la Chaussure

Les métiers de la Chaussure sont répartis en 6 familles de métiers :

  • Création/conception : Styliste modéliste Chaussure, Responsable bureau d’études, Chargé(e) de projets Recherche et Développement, Patronnier(ère) Gradueur(se), agent des méthodes….
  • Production : Coupeur(se) main, Patronnier(ère) Gradueur(se), Piqueur(se), , monteur(se), couseur(se), etc…
  • Qualité : Responsable Environnement, Responsable Qualité
  • Commercialisation : Acheteur(se), Chef de Produits,…
  • Métiers supports : Comptable, Responsable de la Gestion des Ressources Humaines, Responsable Informatique
  • Logistique : Agent de Plateforme Logistique, Préparateur(rice) de commandes , Responsable Logistique …

Découvrez les fiches métiers et les cartographies diplômes sur l’Observatoire des métiers : www.observatoiremodetextilescuirs.com,sur le site www.chaussuredefrance.com(rubrique « Le monde de la chaussure ») ou sur le site de la branche www.metiersmodetextilescuirs.com

L’activité formation de la branche Chaussure

Retour sur les actions formation d’Opcalia pour la branche Chaussure

La branche Chaussure s’est associée aux branches Cordonnerie, Couture, Cuirs et Peaux, Entretien Textile, Habillement, Maroquinerie et Textile.

  • Fonds gérés : 2,4 M€
  • Plan de formation : 675 salariés formés
  • Nombre de contrat de professionnalisation : 96
  • Période de professionnalisation : 227 salariés formés

Source : Département Textiles-Mode-Cuirs d’Opcalia

Les orientations formation pour la Chaussure

Dans un contexte de mutations fortes des entreprises de la branche, les priorités de formation doivent porter sur l’accompagnement des évolutions des entreprises et la préparation des salariés à une meilleure adaptabilité à l’emploi, elles doivent contribuer à améliorer l’employabilité et favoriser le développement des compétences de l’ensemble des salariés de l’industrie de la chaussure.

Dans ce cadre, doivent être mises en priorité les formations permettant :

  1. le maintien ou le développement de savoir-faire pointus permettant de réaliser des opérations à forte valeur ajoutée.
  2. les formations débouchant, en une fois ou par étapes sur des diplômes, des titres ou des certificats reconnus par le Ministère de l’Emploi, celui de l’Education Nationale ou la branche (par une validation ou par une reconnaissance en Commission Paritaire Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle). Bien évidemment, dans ce cadre, doivent être prises en compte toutes les formations s’intégrant dans un processus de validation des acquis de l’expérience. Ces formations pourront, le cas échéant, préparer à une reconversion vers d’autres métiers dans l’entreprise ou dans d’autres secteurs.
  3. les parcours de formation individualisés.
  4. les personnes mentionnées à l’article L 323-3 du code du travail et, notamment, les personnes handicapées ont accès à l’ensemble des dispositifs de formation. Elles bénéficient d’un accès prioritaire au Droit Individuel de Formation, tel que défini à l’article 9 du présent accord et, le cas échéant, d’actions spécifiques de formation ayant pour objet leur insertion ou réinsertion professionnelle.
  5. Les plans de formation établis dans les entreprises devront veiller à garantir l’égalité professionnelle des hommes et des femmes. Dans cette optique, les absences pour congé parental d’éducation et congé de dépendance entreront, pour moitié, dans les calculs de l’ancienneté séparant deux stages de formation et les salariés reprenant leur poste après un congé parental bénéficieront, si besoin est, et en priorité, de formation d’adaptation ou de remise à niveau. Dans cette perspective, les données du rapport sur la situation comparée des hommes et des femmes dans l’entreprise, doivent permettre d’élaborer des actions de formation au vu de l’égalité professionnelle des hommes et des femmes dans l’accès à la formation.
  6. Les actions permettant de faire face à l’évolution des emplois ou de faciliter le maintien dans l’emploi, par l’utilisation de technologies différentes dans l’entreprise, la mise en place de nouvelles organisations ou le développement d’autres activités. Ces actions concerneront, en particulier, les salariés fragilisés dans leur emploi, ceux pour lesquels sont mises en œuvre des actions de conversion ayant pour objet de les préparer à une mutation d’activité à l’extérieur de l’entreprise.
  7. Les actions d’adaptation, dès lors qu’elles résultent d’une évolution technologique ou économique brutale, de la perte d’un marché ou de contraintes législatives ou réglementaires nouvelles. Ces actions, ressortant, normalement, du plan de formation, deviennent prioritaires dès lors qu’elles sont validées par la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.
  8. Actions au profit des salariés n’ayant pas bénéficié d’action de formation depuis cinq ans, âgés de plus de 45 ans ou comptant plus de 20 ans d’activité professionnelle.
  9. Les actions visant à favoriser la création ou reprise d’une entreprise.

Zoom sur les CQP de la branche Chaussure

La branche Chaussure a particulièrement mis l’accent sur les Certificats de Qualification Professionnelle pour valoriser ses métiers et leurs savoir-faire.

Découvrir les CQP de la Chaussure

Textes et ressources

Convention collective de la cHAUSSURE

Convention collective n°3163, Industrie de la chaussure-

Code IDCC : 1580

Code NAF

15.20Z + Bottiers + Podo-orthésistes

Titres des accords

  • Accord sur la formation professionnelle dans l’industrie de la Chaussure du 22 septembre 2004, modifié par l’avenant du 17 novembre 2011
  • Accord de désignation de l’OPCA du 28 juin 2011

Partenaires sociaux

représentants la branche (Fédérations et syndicats)

– Fédération Française de la Chaussure : www.chaussuredefrance.com
– Fédération de la Pharmacie – Force Ouvrière : www.fo-pharma-cuir-habillement.com
– Fédération des services CFDT : www.cfdt.fr
– Fédération agro-alimentaire CFE-CGC : www.cfecgcagro.net
– Fédération CFTC-CMTE – Chimie, Mines, Textiles, Energie : www.cftc.fr
– Fédération Textile-Habillement-Cuir CGT : www.thc-cgt.fr

observatoire prospectif des métiers

Observatoire

Les branches Chaussure, Cordonnerie, Couture, Cuirs et Peaux, Entretien Textile, Habillement, Maroquinerie et Textile ont décidé en 2002, la création de l’Observatoire des métiers de la Mode, des Textiles et du Cuir.
Des missions principales ont ainsi été données à l’Observatoire :

  • Apporter des informations générales quantitatives et qualitatives sur les secteurs
  • Anticiper et analyser l’évolution qualitative et quantitative des emplois et des compétences
  • Accompagner les entreprises dans la mise en place et l’animation d’une gestion des compétences

La méthodologie de l’Observatoire s’appuie sur 3 axes :

  • Capter l’information, la capitaliser et la restituer,
  • Répondre aux besoins/attentes des entreprises de la branche,
  • Communiquer auprès des entreprises du secteur, des partenaires extérieurs et des jeunes.

Voir le site de l’observatoire

Suggestions

    Résultats de recherche

    En attente de recherche de contenu ! Veuillez taper au moins 2 caractères pour votre recherche.